La maladie de la peyronie

La maladie de La Peyronie est une affection dans laquelle des tissus cicatriciels fibreux, appelés plaques, se forment sous la peau du pénis, provoquant des érections courbes et souvent douloureuses. La cause de la maladie de LaPeyronie n’est pas bien comprise, mais on pense qu’elle est due à des lésions répétées du pénis, généralement lors de rapports sexuels ou d’activités physiques.

La maladie de La Peyronie n’est pas simplement un pénis tordu qui se produit naturellement chez l’homme. C’est plutôt une courbure qui se développe spontanément, perturbant souvent les rapports sexuels en provoquant des douleurs et / ou un dysfonctionnement érectile.

La maladie de La Peyronie ne doit pas être confondue avec une fracture du pénis, une blessure traumatique causée par une force contondante soudaine du pénis.

Symptômes de la maladie de La Peyronie

Les pénis peuvent varier en taille et en forme, notamment en ce qui concerne leur courbure ou leur courbure. Un certain degré de courbure du pénis, appelé courbure congénitale, est considéré comme normal. Cependant, avec la maladie de Peyronie, la courbure se développe spontanément en raison de l’accumulation prolongée de tissu cicatriciel. Selon l’emplacement de la cicatrice, le pénis peut se plier vers le haut, le bas ou sur le côté.

Le degré de changement peut varier d’un homme à l’autre. Dans certains cas, la maladie de La Peyronie peut ne causer qu’une légère empreinte sous la peau. Dans d’autres cas, le pénis peut se plier selon un angle obtus et même se « mettre en charnière » au site de la cicatrisation, ce qui rend difficile la pénétration sexuelle.

La douleur pendant l’érection ou le sexe est une caractéristique commune de la maladie de La Peyronie. Certains hommes peuvent même avoir des érections douloureuses plusieurs jours ou semaines avant l’apparition d’un pli visible.

À mesure que les plaques fibreuses durcissent et forment des nodules, la contraction des tissus environnants peut provoquer le raccourcissement du pénis de 1 centimètre (0,4 pouce). La contraction latérale des tissus peut également provoquer un rétrécissement de la tige du pénis en forme de sablier. Bien que les anomalies ne soient généralement visibles que lors d’une érection, elles peuvent parfois être observées lorsque le pénis est flasque.

Si la cicatrisation affecte les vaisseaux sanguins qui alimentent le corps caverneux (les deux tubes spongieux du pénis qui permettent l’érection), une dysfonction érectile peut se développer. Ceci est dû au rétrécissement des artères péniennes (rétrécissement artériel) qui diminue l’apport sanguin.

Aussi pénibles que soient les symptômes, ils peuvent parfois s’améliorer sans traitement. En outre, tous les hommes atteints de la maladie de La Peyronie ne développent pas de douleur ou de dysfonctionnement sexuel, même lorsque la courbure du pénis est modifiée de manière significative.

Causes


La cause sous-jacente de la maladie de La Peyronie est mal comprise. Les scientifiques savent qu’environ 10% des hommes seront touchés par ce trouble, le plus souvent à l’âge de 50 ans.

Ceci suggère que des traumatismes répétés, souvent mineurs et inconnus, vont provoquer la formation de tissus cicatriciels fibreux, appelés fibroses. Dans des circonstances normales, la fibrose sera accompagnée du remodelage des tissus dans le cadre du processus de guérison normal. Cependant, à mesure que les gens vieillissent, le remodelage des tissus commence à ralentir. Ainsi, plutôt que de se résoudre, les cicatrices persistent et sapent progressivement l’intégrité structurelle des tissus conjonctifs.

Avec la maladie de La Peyronie, les tissus conjonctifs peuvent s’effondrer spontanément, entraînant une courbe pénienne anormale.

La génétique

L’âge seul ne peut expliquer la maladie de La Peyronie, étant donné que les hommes plus jeunes peuvent également être touchés. Selon une étude réalisée en 2018, environ 1 homme sur 65 âgés de 30 à 39 ans développera la maladie de Peyronie. Même des hommes aussi jeunes que 18 ans ont été connus pour développer le désordre.

Cela a conduit certains scientifiques à suggérer que la génétique joue un rôle dans la prédisposition d’un homme à la maladie. Ceci est démontré en partie par les recherches du Baylor College of Medicine qui ont rapporté que jusqu’à 20% des hommes atteints de la maladie de Peyronie souffraient d’une autre affection fibrotique, telle que la maladie de Dupuytren touchant les mains ou la maladie de Lederhose touchant les pieds.

Bien que l’on pense qu’un certain nombre de mutations génétiques contribuent au risque de maladie de La Peyronie, il est difficile de dire quel rôle elles jouent réellement, le cas échéant. À ce jour, il existe peu de preuves d’un lien familial avec la maladie de La Peyronie. De plus, on sait que Peyronie affecte autant les hommes de toutes les races.

Autres facteurs de risque

Le diabète est la seule autre condition qui prédispose clairement un homme à la maladie de Peyronie. En plus d’augmenter le risque global, le diabète semble intensifier la gravité de la maladie.

Selon une étude, lorsque l’on compare les hommes atteints de la maladie de Peyronie et du diabète à ceux atteints de la maladie de Peyronie uniquement:

  • Les hommes atteints de Peyronie et atteints de diabète présentaient un degré de déformation du pénis plus important (courbe à 45,2 degrés par rapport à 30,2 degrés).
  • Les hommes atteints de Peyronie et de diabète étaient plus susceptibles d’avoir une courbure sévère, définie comme dépassant 60 degrés (27,1% contre 5,5%).
  • Les hommes atteints de Peyronie et de diabète étaient plus susceptibles d’avoir des érections douloureuses (39,7% contre 25,5%).
  • Les hommes atteints de Peyronie et de diabète étaient plus susceptibles de souffrir de dysfonction érectile (81% contre 47%)

Bien que l’on pense depuis longtemps que les fractures du pénis peuvent conduire à la maladie de Peyronie dans les années à venir, une étude réalisée en 2011 n’a révélé aucune association de ce type.

Bien qu’une fracture du pénis puisse provoquer des nodules, une courbure anormale et des érections douloureuses, les chercheurs n’ont trouvé aucun signe de plaque compatible avec la maladie de Peyronie. En tant que tel, la fracture du pénis et la maladie de Peyronie sont considérées comme des affections distinctes et distinctes.

Diagnostic

Un urologue diagnostique généralement la maladie de La Peyronie en combinant un examen physique et des études d’imagerie pour confirmer la présence de plaques.

L’examen physique impliquerait la palpation (toucher évaluatif) pour identifier les zones de cicatrices. L’urologue peut également mesurer votre pénis et vous demander d’apporter une photo de votre pénis en érection pour établir le degré de courbure.

L’étude d’imagerie la plus couramment utilisée pour évaluer la maladie de Peyronie est une échographie Doppler. C’est un dispositif portable non invasif qui utilise des ondes sonores à haute fréquence pour générer des images fixes et en temps réel des tissus sous-jacents. Les ultrasons Doppler peuvent également détecter des anomalies du flux sanguin compatibles avec un dysfonctionnement érectile.

Des études d’imagerie complètes nécessiteraient une injection d’un médicament tel que Caverject (alprostadil) ou de la papavérine dans le pénis pour induire une érection. De cette manière, l’urologue peut identifier comment les différentes plaques et sténoses provoquent une douleur ou un dysfonctionnement érectile pendant les rapports sexuels.

Traitement contre la Maladie de La Peyronie

Le traitement de la maladie de La Peyronie dépendra largement de la durée et de la gravité de vos symptômes. À moins que votre état ne soit particulièrement grave, un urologue adopte généralement une approche et surveille votre état pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Cela est particulièrement vrai si le changement de courbure est minime et que vous pouvez maintenir une érection sans douleur importante.

Dans la plupart des cas, la formation aiguë de plaque s’atténuera avec le temps sans traitement. Dans certains cas, la condition peut complètement inverser.

Selon une étude, près de 13% des hommes atteints de la Peyronie connaîtront une amélioration spontanée dans les six à quinze mois.

Une surveillance régulière aidera à identifier 30 à 50% des hommes qui subiront une aggravation des symptômes. C’est cette population qui bénéficiera le plus du traitement.

Cela dit, aucun des traitements disponibles n’est cohérent dans ses effets. En outre, nombre d’entre eux n’ont que peu de preuves pour justifier leur utilisation. Bien qu’il y ait eu des progrès récents dans les chirurgies réparatrices, ils ne sont vraiment considérés qu’en dernier recours.

Médicaments oraux

Un certain nombre de médicaments oraux sont utilisés dans le traitement de la maladie de La Peyronie. Bien qu’il existe des preuves de leurs avantages, la plupart des études ont montré des résultats mitigés. Parmi les médicaments les plus couramment utilisés pour traiter la maladie de Peyronie:

  • La colchicine est un médicament anti-inflammatoire utilisé dans le traitement de la goutte et qui s’est révélé légèrement utile dans le traitement de la Peyronie.
  • La L-carnitine est un acide aminé d’origine naturelle qui, selon certains, peut réduire les cicatrices en atténuant l’inflammation des tissus.
  • Le tamoxifène est un médicament anti-œstrogène utilisé dans le cancer du sein qui peut réduire la taille de la plaque.
  • La vitamine E s’est révélée très efficace pour réduire la taille de la plaque.
  • L’amino-benzoate de potassium, un sel de potassium, peut réduire la taille de la plaque mais n’améliore généralement pas la courbure du pénis.

Médicaments injectables

Trois types de médicaments injectables sont utilisés pour traiter la maladie de La Peyronie. Ils sont chacun administrés par injection locale dans le pénis et ont tendance à être plus efficaces que les médicaments oraux.

Parmi ceux-ci, le seul médicament approuvé par la US Food and Drug Administration pour le traitement de la Peyronie est le Xiaflex(collagénase de Clostridium histolyticum). Utilisé pour la maladie de La Peyronie modérée à sévère, Xiaflex agit en décomposant l’accumulation de collagène dans les plaques fibreuses.

La recherche clinique a montré qu’après huit injections délivrées en 24 semaines, Xiaflex était capable de réduire la courbure du pénis de 34% par rapport aux hommes recevant un placebo qui avaient réduit de 18,2%.

Parmi certains des autres médicaments injectables utilisés pour traiter la maladie de Peyronie:

  • Le vérapamil, un bloqueur des canaux calciques utilisé pour traiter l’hypertension artérielle, peut également aider à décomposer le collagène accumulé.
  • L’interféron, une protéine de signalisation utilisée pour traiter les infections virales graves telles que l’hépatite, semble perturber la production de tissu fibreux.

Thérapie par traction pénienne

La thérapie de traction pénienne (PTT) est une technique non invasive qui vise à corriger la courbe du pénis en développant progressivement les tissus avec traction. La technique, appelée mécanotransduction, a longtemps été utilisée pour traiter d’autres malformations musculaires et osseuses, telles que la contracture de Dupuytren (provoquée par la contraction des tendons des mains). Le PTT est également utilisé commercialement comme technique d’agrandissement du pénis.

Avec le PTT, il est théorisé que l’étirement prolongé du pénis conduira à une production accrue de collagénase , une enzyme qui décompose le collagène. Ce faisant, les plaques peuvent progressivement se ramollir et s’étendre.

PTT implique l’utilisation d’une extension de pénis qui s’adapte sur la tige du pénis. Une extrémité de l’appareil est pressée à nouveau sur le bassin, tandis que l’autre extrémité est bien ajustée derrière la tête du pénis (gland). Les tiges d’extension reliant les deux peuvent être progressivement étendues pour étirer le pénis.

Les preuves restent divisées quant à savoir si le PTT fonctionne réellement. Une revue des études menée en 2016 a conclu que, même si de nombreuses études portant sur l’utilisation du PTT étaient médiocres, les résultats étaient plus satisfaisants chez les hommes qui utilisaient les appareils de manière constante et pendant de plus longues périodes (généralement trois heures par jour pendant au moins six mois). .

Intervention Chirurgicale

La chirurgie du pénis est considérée comme un dernier recours pour la maladie de Peyronie en raison des risques potentiels et de la grande variabilité du succès. En règle générale, la chirurgie ne serait pas envisagée avant que vous n’ayez eu la maladie de Peyronie pendant au moins un an et que la courbure de votre pénis cesse de croître et se stabilise pendant au moins six mois.

Même dans ce cas, la chirurgie ne devrait être envisagée que si la déformation est sévère et que l’état interfère avec votre capacité à avoir des relations sexuelles. Parmi les approches chirurgicales les plus courantes:

  • Intervention de Nesbit implique l’application de sutures sur le côté du pénis sans tissu cicatriciel. Les sutures iraient du gland à la base du pénis en pinçant (pliant) les tissus de manière à réduire la courbe anormale.
  • L’exérèse et la greffe sont réservées aux malformations plus graves. Cela implique la découpe (excision) du tissu cicatriciel pour libérer le pénis. Cela serait suivi de greffes de tissus pour combler les trous de la tunica albuginea (le tissu fibreux qui soutient les corps caverneux).
  • Les implants péniens sont utilisés chez les hommes présentant un dysfonctionnement érectile insoluble. Ceux-ci comprennent des implants semi-malléables qui sont insérés en permanence entre les tubules des corps caverneux et peuvent être moulés dans différentes positions. Il existe également des implants remplis de liquide qui peuvent être gonflés avec un bulbe de pompe dans le scrotum.

La chirurgie du pénis et les implants chirurgicaux comportent un risque d’infection et d’ adhérences (le collage des tissus). Les deux peuvent entraîner des déviations inattendues dans la forme du pénis après la guérison.

L’exérèse et la greffe présentent également un risque de dysfonction érectile en fonction de l’emplacement et de la quantité de tissu prélevé (ainsi que des compétences de l’urologue chirurgical). L’intervention de Nesbit a tendance à poser un risque plus faible, bien que la dysfonction érectile puisse survenir à la suite d’une infection.

Selon le type d’opération que vous avez subit, vous pourrez peut-être rentrer chez vous le jour même ou être suivi pendant la nuit à l’hôpital. Vous pouvez généralement retourner au travail dans quelques jours et avoir des relations sexuelles dans un délai de quatre à huit semaines.

Bien que la maladie de La Peyronie puisse affecter physiquement un homme, elle peut également causer un stress émotionnel extrême et une anxiété extrême. Même si la fonction sexuelle d’un homme reste intacte, le changement soudain dans l’apparence du pénis peut amener un homme à se retirer de l’embarras ou de la peur du rejet. Ces sentiments peuvent être amplifiés si la douleur ou la dysfonction érectile interfère directement avec le sexe.

Si vous êtes atteint de la maladie de La Peyronie, vous pouvez faire face à plusieurs choses :

  • Renseignez-vous. Commencez par comprendre la nature de la maladie en discutant avec votre urologue et en lui demandant du matériel de référence. Il est important de partager cette information avec votre partenaire afin que vous compreniez qu’aucun d’entre vous n’a rien fait pour « causer » la Peyronie.
  • Explorez le traitement de la dysfonction érectile. Si vous avez des difficultés à maintenir une érection, parlez à votre médecin de médicaments contre le dysfonctionnement érectile tels que le Viagra (sildénafil), le Cialis (tadalafil) ou le Levitra (vardénafil). Vous pouvez également être en mesure de maintenir une érection avec un anneau pénien élastique (également appelé « anneau de pénis ») que vous trouverez facilement en ligne.
  • Communiquer. Parlez à votre partenaire sexuel de ce que vous ressentez physiquement et émotionnellement. Avoir un visage courageux ou ne rien dire ne fait qu’ajouter au stress et peut avoir un impact direct sur votre relation et sur ce que vous ressentez pour vous-même.
  • Explorez le sexe sous ses différentes formes. Le sexe est finalement plus qu’un simple rapport sexuel. Vous pourrez peut-être tirer autant de plaisir du sexe oral que des jouets et du jeu de rôle. Si vous trouvez cela difficile, prenez rendez-vous avec un sexothérapeute en couple.
  • Apprendre la patience. Aussi profonds que puissent être les changements physiques, ils ne sont pas toujours permanents. Discutez avec votre médecin des options de traitement appropriées en prenant les choses une étape à la fois. Étant donné la grande variabilité des succès, passer d’un traitement à l’autre ne fait qu’ajouter à votre stress.
  • Demander de l’aide. Si vous êtes incapable de faire face, demandez à votre médecin de vous orienter vers un thérapeute ou un psychiatre qui pourra vous aider à faire le tri dans vos émotions. Il n’est pas « stupide » de se sentir déprimé après un changement soudain et frappant dans sa vie, en particulier un changement lié au sexe.
  • Trouver du soutien. Il peut également être utile de communiquer avec d’autres personnes atteintes de la maladie de La Peyronie. Une des meilleures façons de le faire est de contacter n’importe quel groupe de groupes de soutien de la maladie de La Peyronie sur Facebook.

Marie

Je m’appelle Marie Angus et je vous souhaite la bienvenue sur mon site qui traite des problèmes de sexualité rencontrés par les hommes.Mon marie a lui même eu des soucis il y a plusieurs années. Nous avons pris tous les deux le problème au sérieux et nous sommes documentés sur les solutions pour résoudre ses problèmes.Avec l’expérience acquise durant tout ce temps, il me semblait naturel d'aider à mon tour, en créant un blog qui parle sans tabous ni gêne des problèmes de libido des hommes.Bonne visite, Marie.